Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

RANA

Echange - Solidarité - Fraternité

Accueil «   Qui sommes nous ? «   Actualité «  

Marché aux bestiaux de ZINDER (La crise alimentaire vue de ZINDER)

Précédent / Suivant / Index

Nous nous sommes rendus jeudi 22 Juillet au marché de Zinder pour constater l’état des animaux qui arrivent de la brousse. La sécheresse a en effet durement marqué les troupeaux et les éleveurs cherchent à vendre des bêtes épuisées dans un état de maigreur et de faiblesse extrêmes.

Ce sont surtout les bovins qui ont été touchés par la rareté des patûrages . Certaines vaches sont tellement épuisées qu’elles sont incapables de se lever. Elles sont alors égorgées sur place. Il s’agit de quelque chose de tout-à-fait exceptionnel car il existe à Zinder un abbatoir dans  lequel il est obligatoire de conduire les animaux avant de les égorger sous contrôle vétérinaire.



Untitled1.jpg

 

Bêtes égorgées dés leur arrivée au marché. On espère pouvoir encore les vendre ainsi.



Untitled2.jpg

 

Elles sont ensuite chargées sur des camions qui les transportent au Nigéria voisin. On peut imaginer la qualité de la viande. Ce jour là la température (quoique plutôt clémente) avoisinait les 35 degrés.



Untitled3.jpg

 

D’autres bêtes ne trouvent pas preneurs et sont jetées un peu à l’écart.



Untitled4.jpg

 

Quand nous pénétrons dans le périmètre du marché nous découvrons de nombreuse bêtes efflanquées, titubantes.



Untitled5.jpg

 

Malgré tout les prix remontent légèrement, à cause de la rareté du bétail et parce que l'herbe commence à pousser.



Untitled6.jpg

 

Ainsi  les jeunes animaux que l’on voit au centre de la photo précédente sont proposés au prix de 70 euros, sachant que le salaire d’un instituteur est de 95 euros par mois, on peut se rendre compte encore une fois de la cherté de tout ce qui touche à l’alimentation.



Untitled7.jpg

 

Pour compléter ce tableau plutôt sombre et pour comprendre pourquoi les troupeaux sont si maigres, ces petites bottes de foin sont proposées à la vente aux alentours d’un euro pièce. Une de nos bonnes vaches limousines n’en ferait pourtant qu’une bouchée. En temps  ordinaire le même type de fourrage est vendu autour de 5 centimes d’euro.
Enfin, chacun ici espère que demain sera meilleur qu’aujourd’hui. La pluie se fait assez régulière, d’abord limitée à quelques averses de courte durée, pour la première fois, cette nuit, elle a été abondante apportant avec elle un peu d’espoir…

Pierre & Angèle

 

 

Comment nous aider? et voir les actions effectuées grace aux Donateurs privés

Précédent / Suivant / Index

Outils
* Ajouter un commentaire
Qui sommes nous ? »
Voir aussi
Surveiller
Fichiers récents
Commentaires récents
Partager
* Inviter des participants
* Partager sur Facebook
* Partager sur Twitter
* Partager sur LinkedIn
* Référencer cette page
* Sauver en PDF
* Copier dans MS-Word
* Imprimer cette page
Suivez l'actualité de RANA sur Twitter ou sur Facebook ou sur FriendFeed